Afin de vous offrir la meilleure expérience web, nous utilisons des cookies et des technologies de suivi conformément à notre politique de confidentialité.

Plus d'info

L'antre maudit

Un petit vieux à la figure débonnaire me conta la légende de son chalet. « Pendant un orage terrible qui semblait devoir tout anéantir, un rocher, grand comme l'église de Bulle, se détacha du vanil.

Projeté avec une rapidité fulgurante, il prit feu dans les airs et vint s'abattre sur le plan des Clefs. Il y brûla le gazon, projeta la terre au loin, s'enfonça profondément, laissant à découvert un gouffre, qui forme aujourd'hui le lit d'un petit lac.

Depuis lors, trois fois par jour, une voix lugubre s'échappait de l'entonnoir : « Jetez-moi un homme ! Jetez-moi un homme ! » Terrifiant appel ! Nulle herbe ne croissait aux alentours, nul animal n'osait approchait, car la terre était brûlante.

Or il arriva qu'entre, le tenancier du Gros Moléson et celui du Plané, une rivalité éclata. Les deux armaillis s'étaient voué une haine mortelle depuis qu'ils prétendaient tous deux à la main de la gracieuse Goton Moret de Vuadens, la plus belle fille et la plus riche du pays de Gruyère.

Un soir d'août, l'armailli du Gros Moléson apprit que son émule avait dansé avec Goton, le dimanche précédent, à l'auberge de la Croix-Verte. Sa jalousie se mua en fureur. Il jura de se venger promptement. Il attendit son rival à l'entrée du pâturage, l'étourdit d'un coup de hache et vint le jeter dans le gouffre maudit.

Une fumée noire en sortit aussitôt et mille serpents enlacèrent les jambes du meurtrier. La foudre frappa le criminel, qui roula dans la tanne, où il rejoignit sa victime.

Le génie malfaisant, qui hantait la profondeur, possédait ainsi deux hommes au lieu d'un. Dès lors, apaisé, satisfait - il pouvait l'être -, l'esprit infernal ne poussa plus jamais son lugubre cri. Des eaux s'amassèrent dans le trou, l'herbe y grandit, les terres le comblèrent en partie. Il n'en resta bientôt que le petit lac actuel, à l'eau amère, où les grenouilles ne vivent pas et où les chèvres même ne veulent point s'abreuver.

Source
Sentier thématique :
Au pays des Légendes de la Gruyère

Texte :
Clément Fontaine, tiré de L'Age d'Or Au Pays de Gruyère, Editions Fribourgeoises 1933

Documents à télécharger

Signaler une erreur

Plus d'info

Cela pourrait aussi vous intéresser