Afin de vous offrir la meilleure expérience web, nous utilisons des cookies et des technologies de suivi conformément à notre politique de confidentialité.

Plus d'info

Le chasseur d'Everdes

Sur la hauteur boisée qui surplombe la Sarine, entre Corbières et Vuippens, se dressait un Donjon que les Fribourgeois et les Bernois détruisirent en 1349. C'était le château d'Everdes.

Il n'en reste aujourd'hui que quelques ruines à peine perceptibles dans les sapins qui couronnent le monticule. Le dernier seigneur qui habitait ce manoir, Othon d'Everdes, était une sorte de brigand féodal, sans foi ni loi, ne vivant que de rapines. Orgueilleux, dur et cruel, il n'avait qu'une passion à côté de ses actes de brigandage : la chasse.

Mais après de multiples méfaits sa place forte fut prise, Othon et ses soudards massacrés pendant que le donjon, livré aux torches incendières était rasé. La dame d'Everdes presque seule échappa à un sort cruel en fuyant jusqu'à Vuippens où le château non menacé lui offrit un asile.

Depuis ce jour, le spectre d'Othon, le dernier seigneur d'Everdes, hanta la hauteur autour des ruines et les forêts voisines.

Chaque année, le dernier jour de mai, on entendait à la nuit tombante un cri lugubre, perçant, répété au loin par les échos du bois. Le passant s'arrête, suspend sa respiration, puis épouvanté hâte le pas, crainte de rencontrer le chasseur-fantôme et sa meute. Dans les maisons voisines les paysans apeurés se sont signés et n'ont osé prononcer son nom maudit. Ils l'appellent le chasseur d'Everdes. Une lueur là-haut a jailli. Ce sont les ruines qui s'embrasent comme un vaste incendie. Et toute la nuit, tantôt proches, tantôt lointaines, des rives de la Sarine au sommet de l'éperon boisé qui borde la rivière, on entend les « tayaux » du spectre qui clame au secours.

Il en fut ainsi durant des siècles, jusqu'à ce qu'une chapelle expiatoire fut érigée au Plan d'Everdes. Dès lors, le calme se fit. De nos jours, les noctambules, amoureux et autres, qui empruntent le sentier du bois, en dessous des ruines, ne craignent plus de faire la rencontre du bandit féodal, détrousseur de grands chemins.

Source
Sentier thématique :
Au pays des Légendes de la Gruyère

Texte :
Clément Fontaine, tiré de "Sous la bannière de la Grue"
Adaptation :
Belén Clément

Documents à télécharger

Signaler une erreur

Plus d'info

Cela pourrait aussi vous intéresser